The fly will go away from the bootle (in french sorry !)

Future of education is not related to get knowledge (the web is now better than every educator) but to develop personnel judgement.

Photo of Michel Wibault

Written by

Père d'une petite Elisabeth, je n'ai eu avec mon épouse aucune hésitation le jour où nous apprîmes que l'école Montessori se situait à quelques 300 mètres de chez nous. Ceci pour certaines raisons que je me propose de partager avec vous, chers Parents.


Je suis fils de Montessorienne. Elle fut formée par Hélène Lubienska de Lenval peu après guerre, et fut son assistante pendant 2 ans (avant de se décider à rejoindre son futur époux, mon père, dans le nord de la France et finalement d'éduquer ses 5 enfants selon les principes de Maria Montessori). Helene Lubienska de Lenval, polonaise vivant à Paris, fut elle-même l'adjointe de Maria Montessori et travailla à Notre Dame de Sion à Paris où elle se consacra en particulier à l'éducation religieuse des enfants à partir des principes de la méthode Montessori (je vous conseille pour ceux qui s'y intéressent (croyants ou pas) son livre sur l'éducation à l'ombre de la parole; où Madame de Lenval explique comment, en laissant les enfants suivre et imiter le prêtre lors d'une cérémonie, ceux ci accèdent par eux même au sens et au mystère des gestes bibliques.).
De mon éducation Montessorienne, je conserve des éléments forts qui continuent de me fasciner lorsque je pénètre (rarement comme vous) dans ce jardin secret de nos enfants; leur classe :

La ligne blanche au sol qui permet aux enfants de rentrer dans le silence de leur monde intérieur, qui en les concentrant sur l'alignement silencieux des pas sur la ligne blanche, les fait accéder a l'attention et à l'écoute; pierres fondatrices d'une éducation fondée sur l'autonomie.

Le silence et les gestes où chaque parole est un trésor précieux qui conduit a l'action utile et intelligente. Nos maitresses parlent donc peu, font des gestes 'par exemple, celui que nous rappelle souvent Elisabeth du "je ne suis pas disponible") et chuchotent presque la plupart du temps (comme ces mots que leurs maîtresses murmurent à leurs oreilles pour les inviter à gérer par eux même la sortie des autres enfants, lorsque nous nous accumulons derrière la porte pour venir les chercher). Cette qualité d'utilisation de la parole et du silence facilite encore plus l'attention personnelle de l'enfant dans les classes; et ce sans que cela soit un effort pour eux puisqu'ici c'est naturel.

Les "jeux" mono fonctionnels . Sur ce point, ma première rencontre avec les éducateurs de l'école reste une pierre importante dans mon jardin. Quelle ne fut pas mon émotion de retrouver ces grandes pièces en bois dans lesquels sont positionnées des formes dont, selon les cubes, seule la longueur ou la largeur ou la profondeur ou le rayon varie. L'intelligence de Maria Montessori est bien là d'avoir simplifié au maximum les objets pour que chaque variable puisse être manipulée par l'enfant à l'infini jusqu'à comprendre intellectuellement et physiquement ce que signifie longueur ou largeur ou profondeur (sans pollution de ce travail d'apprentissage par d'autres variables). Pour mieux expliquer, cela me rappelle combien j'ai trouve stérile ce montage sonore et visuel a l'entrée de la cite des enfants de la Villette (qui a certes d'autres qualités). Faites l'expérience ! Vous voyez une dizaine d'enfants manipuler en même temps des leviers qui pour l'un fait tourner un disque de fer, pour l'autre rapproche une lampe et donc augmente ou diminue des ombres, pour d'autres encore permet de taper sur une grosse caisse; le tout dans un même espace physique visuel et sonore. Et si vous regardez les enfants (surtout les plus jeunes), ils font mais ne comprennent rien à ce qu'ils sont en train de faire (comme Elisabeth qui s'y est essayée comme les autres !).


J'avoue ici ma grande admiration pour Madame Montessori qui a su observer l'enfant tel qu'il est et non pas comme elle aurait voulu qu'il soit. De ce don d'observation, elle a su comprendre que l'éducation d'un enfant commence forcément par un travail de construction intérieure. Pour exemple, cela me rappelle mon neveu canadien qui commença a l'âge de 4 ans à jouer au "soccer". Je me rappelle tous ces bambins de 4 ans courant pour certains comme lui après le ballon ou errant pour d'autres dans le sens inverse vers on ne sait quel objectif ou d'autres à l'arrêt cueillant des fleurs, ou d'autres pour regarder leurs parents... aux grands damnes d' entraineurs et de pères criant et gesticulant, espérant arriver à construire enfin un semblant de jeu collectif !

je veux dire ici aussi mon admiration de ces maitresses qui aident nos enfants a développer leur autonomie. car finalement, ne nous leurrons pas, l'intelligence et le grand changement qu'est pour lui même l'éducation d'un enfant est toujours une porte qui s'ouvre de l'intérieur ! c'est bien lui, l'enfant, qui construit son propre chemin d'intelligence. A nous parents et éducateurs de savoir les accompagner, car déjà ils sont plus que nous même !

Je me rappelle une discussion avec d'autres parents d'enfants sur la question de savoir s'il faut poser des règles à l'enfant ou le laisser faire ce qu'il veut. je me rappelle là encore l'exigence de ma Montessorienne de mère qui mettait des règles. Aujourd'hui je le comprends mieux je crois. Sans "guidelines", comment pourrions nous imaginer obtenir autre chose que de la dispersion. Là est bien notre rôle : être le fil qui guide les pas d'un enfant devenu déjà autonome et conscient.

Enfin pour finir, j'aimerais dire toute l'admiration que j'ai pour Elisabeth. Chaque jour, elle m'apprends a devenir ce fil qui guide ! et de qui de nous grandit le plus aujourd'hui, j'hésite a répondre.

Voilà, il me semble, certaines des bases de l'éducation que nous commençons à retrouver aujourd'hui au travers de méthodes que l'on retrouve de plus en plus mises en application dans les universités et les écoles de design, et peu à peu dans certaines organisations. A l'instar de Michel Serres, cessons de prétendre que nous, experts, avons seuls accès à la connaissance, internet l'a rendu accessible à tous partout. La clé ne réside donc plus dans le savoir, mais dans notre capacité à analyser et discerner, dans notre capacité à produire de l'intelligence collective et de l'autonomie (ce qui ne détruit en rien le pouvoir de décision du chef, bien au contraire !) ! Voilà l'enjeu du management comme il l'a toujours été d'ailleurs. Mais peut être l'avions nous un peu oublié à force de process et d'injonction pyramidale dans des organisations devenues tellement vastes qu'elles nous ont fait perdre le sens de la précision dans le management de nos hommes.

13 comments

Join the conversation:

Comment
Photo of Michel

And if the contribution of the educator becomes to ask open questions, not answering ?

View all comments